Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Kuopio, ruelle des artisans
Kuopio, ruelle des artisans

Bon soyons clairs, pour m’éviter toutes les « éventuelles » remarques des puristes. Je sais pertinemment que la Finlande ne fait, officiellement, pas partie de la Scandinavie mais qu’elle doit être considéré comme un pays baltique. Mais bon, je ne me voyais pas changer de titre à chaque billet et je voulais créer une unité. Ça, c’est dit.

J’aurais, aussi, pu l’appeler « ma balade dans le Ch’nord » mais bon, ça non plus, je n’en suis pas convaincue. Enfin vous accepterez bien le titre de trip en Scandinavie parce qu’au fond, je ne vous en laisse pas le choix.

Après deux jours de visites intensives de la ville de Helsinki nous voilà, à 8h00 du matin je vous prie, en train de prendre possession de Polo, notre future compagne de voyage. Le gars de chez Europcar voyant deux blondes arriver (enfin je suis châtain je précise) s’est surement dit qu’il fallait une voiture bien voyante pour nous éviter de se faire ramasser par un cerf ou renne, animaux que nous allions surement croiser lors de notre périple à venir. C’est après la réception des clés que nous avons pris la route pour Kuopio. Et j’avais pris le volant… wouah… (petite danse de joie). Je roulais enfin sur les routes finlandaises ce qui éveillait une certaine euphorie. Heureusement, Polo et ses quelques poneys ainsi que les nombreux radars (Un tous les 2 km environ) m’ont empêchés d’avoir le pied trop lourd. Cependant les premiers 250km furent avalés en un rien de temps et il était l’heure de profiter d’une aire d’autoroute pour y savourer un pic-nic bien complet que nous avions pris le soin d’acheter la veille au marché couvert d’Helsinki.

Kuopio City from Puijo Tower
Kuopio City from Puijo Tower

Nous sommes arrivées à Kuopio en début d’après-midi. Après un tour dans le centre-ville qui n’a foncièrement d’intéressant que son marché couvert et sa ruelle d’artistes locaux, nous sommes montés sur la tour d’observation se trouvant au-dessus de deux rampes de saut à ski. Eh oui Kuopio est une ville qui peut avoir l’air morte, voire morne au premier abord mais elle recèle quelques «pépites » qu’il faudrait « voir » si vous passez par-là ! En effet, ayant une grande université et de nombreux centres culturels et sportifs elle s’avère aussi le centre névralgique de l’orthodoxie russe qui s’est enfuie au moment de la révolution.

Que voir :

Puijo Tower … la tour, qui n’a rien d’esthétique il faut l’avouer, domine la ville de Kuopio en étant posée sur une colline dont elle a héritée le nom soit Puijo. Si il y a un lieu à visiter à Kuopio c’est bien celui-ci. Vous y aurez une vue majestueuse sur la ville ses environs et les lacs environnants. Lacs qui aux premiers abords vous semblent être une dizaine, puis une centaine, puis semblent s’étendre à perte de vue. Puijo Tower vous permet aussi d’avoir une belle vision sur le centre sportif de Puijo avec ses deux rampes de saut à ski faisant parti des étapes de la coupe du monde de tremplin.

Scandic Kuopio
Scandic Kuopio

Si vous vous intéressez à la culture et à l’histoire de l’orthodoxie, Kuopio est le berceau de l’orthodoxie finlandaise et accueille aussi leur archevêque. Leur église orthodoxe, qui est un petit bijou du genre, se trouve situer juste à côté du plus grand musée de l’orthodoxie en Europe. Malheureusement je n’ai pas pu le visiter ce dernier étant en rénovation jusqu’en début 2015. Mais il ne fait aucun doute que ce Musée doit valoir la peine, rien que pour l’icône de Saint Elie, à la réalisation de laquelle un moine du Monastère de Valaam (situé sur le golfe de Finlande) aura consacré sa vie.

Où dormir, où manger :

N’ayant pas réellement pu comparer les différents restaurants et ayant suivis les conseils des utilisateurs de l’application Foursquare, je me suis arrêtée au Scandic Hotel de Kuopio et j’ai mangé dans le restaurant situé juste en face de ce dernier, le Mustas Lammas. Et comment vous dire. Si vous avez l’intention de ne rester qu’une nuit ou deux, ce sont définitivement des valeurs sures. L’Hôtel, membre de la chaîne suédoise Scandic, n’a peut-être l’air de rien depuis l’extérieur mais l’intérieur y est plus que charmant. Et les chambres. Je vous laisse quelques photos, pour vous faire une idée. Leur décorateur d’intérieur est une personne avec beaucoup de sensibilité et de goût.

Scandic Kuopio

Scandic Kuopio

Les routes de Carélie
Les routes de Carélie

De l’autre côté de la rue se situait, selon les utilisateurs Foursquare ainsi que selon le Guide du Routard, un des meilleurs restaurants de Finlande. Le chef, étoilé Michelin, a préparé une carte raffinée mettant en avant des produits locaux. Viande de Renne, poisson du lac etc. Tout est préparé dans les règles de l’art et les goûts sont raffinés. Le Service est excellent, le sommelier connait son métier et l’atmosphère y est chaleureuse. On peut dire ce que l’on veut, ce restaurant vaut largement un restaurant dit « gastronomique » chez nous et, en plus, les portions sont belles. Je ne peux que vous le « conseiller ».

Le lendemain, après un petit déjeuner Bio dont les hôtels Scandic ont le secret nous reprîmes la route pour monter dans le nord. Notre programme devait nous amener à Oulu en traversant les contrées les plus sauvages de Finlande, telle que la Carélie. Je pourrais vous parler de cette nature mais finalement y rouler peut devenir un peu monotone. En effet, les routes droites passent à travers des forêts épaisses et noires, où on essaie désespérément de voir si un Elan s’y cache. En effet, on a beau chercher, voire des panneaux indiquant leur traversée possible, mais aucun Moose en vue… Nous nous demandions s’il en existait d’ailleurs. Le Renne qui s’ébrouait sur la route semblait tout autant être une légende urbaine que les finlandais racontaient aux touristes pour leur faire peur et ainsi éviter que ces derniers utilisent leurs routes comme des voies de circuit. Car jusqu’à présent, le renne, je l’avais eu plus souvent dans mon assiette que ce que je l’avais vu dans les pâturages ou forêts. Et pourtant, le nombre de mises en gardes orales et écrites ne se comptaient pas. Mais nous désespérions d’en voir une, de bête à corne.

Nous avons donc commencé notre périple et sommes, à la seconde où nous avons quittés la route principale pour nous enfoncer dans la région de la Carélie, tombés sur un jeune renne qui trottinait tranquillement sur la route devant nous. Ah ben enfin, il aura fallu 600 km pour en voir enfin un. Cet événement a joliment égayé notre journée et nous avons continués en direction d’Oulu, écoutant la radio locale, rigolant en écoutant leur langue et chantant à tue-tête.

Ce qui m’a frappé

« Les routes en Carélie sont droites, entourées de pinèdes, de lacs avec une maison par ci par là. Parfois nous avions l’impression d’être seules au monde. Aucun être humain devant, ni derrière. Lorsque j’ai dit à mon accompagnatrice « faudrait pas tomber en panne ici » cette dernière m’a répondu qu’elle était persuadée que la première personne qui passerait s’arrêterait, tellement ce peuple était gentil et serviable. La seule réponse qui m’est arrivée aux lèvres : « faudrait-il encore que quelqu’un passe ».

Voilà pour ce deuxième chapitre… qui j’espère continuera à vous plaire et à bientôt pour la suite des aventures nordiques…

Les routes de Carélie

Les routes de Carélie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Voilà un groupe Finlandais que j'apprécie depuis des années. Sunrise Avenue et leur charmant leader Samu Haber.

Tag(s) : #Voyages

Share this post

Repost 0
To be informed of the latest articles, subscribe: