Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Parmis tous les concerts que l'on peut avoir il y a un rendez vous que je ne rates jamais, ce sont les festivals. Eh oui, là je laisse talons aiguilles et autres accessoires de nana au placard et je me transforme en hippie pendant plusieurs jours.

Et quand il s'agit du "PALEO FESTIVAL de NYON"  c'est toute la semaine.

Le Paléo si vous ne connaissez pas, c’est un « petit » festival suisse. En chiffres ça donne environ ça : 6 jours, plus de 200 concerts, 84 hectares, 230'000 spectateurs, 100 stands de nourriture, si pas plus, des milliers de clopes, des centaines de joints (si pas milliers), des litres de bières (enfin plutôt du rosé pour moi), des hectolitres d’eau (surtout cette année vu la canicule). Des milliers de campeurs (sauf moi… moi je le fais version Duchesse, chambre d’hôtel baignoire et douche, strict minimum pour survivre dans cette jungle humaine) et 4700 bénévoles.

Au Paléo, c’est donc comme à la maison, ambiance familiale et bon enfant. Et en plus ce n’est pas une blague, c’est vraiment ça. Et c’est là que j’ai soudainement repris le stylo, pris des notes. En voyant une tenue vestimentaire, en écoutant une chanson, en balbutiant mon style verbal après plusieurs verres (euh… bouteilles) de vin rosé, je me suis mise à réfléchir et suis arrivée à la conclusion que j’aimerais bien partager ces choses, avec quelqu’un…. Et finalement pourquoi pas vous. Donc … voilà ce qui va se passer.

Dans les semaines à venir, vous allez avoir droit à toutes mes réflexions, idées et autre égarements liés à cette période du Paleo… et je dois aussi avouer le faire à titre thérapeutique, histoire d’éviter le blues post-festival et de maintenir le rêve encore un petit moment.

Car tout festival à cette capacité de vous faire oublier votre quotidien en quelques heures, entre les différents styles musicaux offerts, les découvertes, les grandes affiches et autres noms connus ou pas, les effluves d’alcools et de nourritures provenant de toutes les régions du monde ainsi que l’éclectisme des festivaliers, c’est comme si on passait la porte de l’imaginarium du Dr Parnassus et qu’on entrait pendant quelques jours dans un monde parallèle sans se soucier du quotidien des autres … et surtout pas du nôtre. C’est le début d’une aventure hors du temps ! 

Une chose est sure, dès les premières effluves de marijuana et les premières minutes couchées dans l’herbe vous vous rendez compte que vous êtes ailleurs, car même une de vos amies (qui s’avère être officier de police) ne s’insurge pas de voir des probables mineurs avec un cône à la bouche et une bière à la main. Et quand cette dernière s’amuse même à photographier lesdits cônes, étonnée par leur taille, là vous avez vraiment rejoint la quatrième dimension. Eh oui, les festivals ont ce pouvoir d’ouvrir une lucarne dans notre monde et de transformer la bête de travail et le control-freak que je suis en une sorte de hippie attardée, cheveux mal coiffés, sans maquillage, habits sans forme, genre jetables même, tongs et sac en bandoulière.

Eh oui, Paleo c'est un peu des vacances, si elles ne sont pas physiques car le corps il prend un coup, elles le sont pour la tête... musique, alcool et festivités de tout genre...

Festivalière ... un peu, beaucoup, passionnement Festivalière ... un peu, beaucoup, passionnement
Festivalière ... un peu, beaucoup, passionnement
Tag(s) : #Concerts

Share this post

Repost 0
To be informed of the latest articles, subscribe: