Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Les fêtes de fin d’année sont derrière nous et une nouvelle année a commencée. Je souhaitais cependant faire part d’une réflexion que je me suis faite pendant cette période. Et qui m’a un peu pris la tête durant ces fêtes… oui je sais, je n’ai pas grand-chose d’autre à faire on dirait. Eh ben si seulement … enfin mon cerveau prend souvent des initiatives… ma vie serait trop simple sinon. 

Bon pour mettre les choses au clair et expliquer les raisons de ce billet, il faut que je vous avoue quelque chose. Cela fait des années que si on me pose la question « tu veux quoi pour Noël » je réponds inlassablement « rien ». Enfin parfois aussi « je ne sais pas, j’ai besoin de rien ». Je relèverai aussi que la branche ne tombe que très rarement loin du tronc et que, sur ce point, je ressemble fortement à mes parents. Bon rien de surprenant. 

De plus, il est aussi nécessaire de soulever que j’ai une très faible tendance à l’expansion (à nouveau un héritage paternel). Les effusions et autres expressions ne viennent pas naturellement. Donc les expressions de joies chez moi relèvent plutôt du sourire timide du coin des lèvres. Parfois cela peut être considéré comme du mépris, malheureusement. Je préfère de loin quand on le prend pour de la timidité. Mais au fond il s’agit d’une certaine retenue, liée à quelques débiles croyances bien ancrées à travers les années. Enfin bref… Vous voyez le tableau. En résumé cela fait de moi une personne qui n’a envie de rien et qui, quand elle reçoit quelque chose, se montre tiède. Je relèverai que je n’ai pas dit froide. 

 

“Le cadeau, dira-t-on, n'a rien de somptueux, Mais venant d'un ami, tout nous est précieux.”

Théocrite / Idylles

Cette année, en faisant mes achats de fin d’année je me suis demandé quelle était l’importance du cadeau, la signification de l’offrande durant les fêtes. Passons outre le fait que chaque enfant s’attend à ce que le Père Noël lui laisse quelque chose sous le sapin et que chaque Ado attend avec impatience l’enveloppe qui lui permettra d’aller « acheter ce qu’il veut ». 

Relevons aussi le fait que de nombreuses familles renoncent à se faire des cadeaux et/ou tirent au sort une seule personne (genre Secret Santa). C’est ce que ma famille essaie de faire, tant bien que mal. Alors nous tirons une personne au sort et nous nous contentons de lui offrir un cadeau … ok jusque-là tout va bien. 

Cette année, grande chance, mes parents et moi avons pu nous concerter car nous ne nous sommes pas tirés parmi. Ouf. Nous avons ainsi pu se donner quelques tips concernant les personnes tirées au sort. 

Soudainement nous apprenons que la règle à une exception … les enfants et les adolescents. Eux peuvent en avoir des cadeaux de nous tous… ok … bon faut dire que chez nous, y’en a 5 d’ados. Certes c’est facile (bons FNAC pour tout le monde) mais cela devient rapidement plus onéreux qu’un petit enfant pour qui une simple boite de Duplo représentant deux canards et 5 blocs relève du cadeau magique. 

De mon côté j’avais déjà acheté les cadeaux pour mes parents car, même si ma famille est grande, j’ai, en tant que fille unique, une relation relativement fusionnelle avec ces premiers. Je pensais leur donner avant, ou même après la soirée, histoire de ne pas froisser quelqu’un. Et soudainement deuxième message cousinesque indiquant que les cadeaux pour les « très proches » étaient autorisés et qu’on pouvait les distribuer pendant la soirée. Donc cela réglait mon problème de cadeaux parentaux. 

 

Arrivée à la soirée je posais les paquets sous l’arbre et je me rendis compte que le fameux « 1 seul cadeau » par personne n’avait pas forcément été « suivi ». Bon pas grave, j’étais très fière d’avoir déniché des cadeaux pour mes parents et la personne tirée au sort, espérant aussi avoir touché dans le mille avec ces derniers. Car oui, trouver un cadeau pour moi c’est toute une recherche (sauf pour les ados naturellement). Je me renseigne sur les passions et autres activités et j’essaie de trouver quelque chose qui s’en approche le plus. 

Au moment de la distribution et du déballage et je reçois le cadeau de la personne qui m’avait tirée au sort. Un bon d’achat à la librairie du coin. Le deuxième cadeau est celui de mes parents. Un bon d’achat à la librairie du coin. Je ne pouvais pas dire que je n’étais pas contente, non. J’adore lire et c’est même un de mes gros budgets de l’année. Donc naturellement qu’en m’offrant un bon d’achat dans ma librairie préférée, personne ne peut se tromper. 

Alors, il est où le problème allez-vous me dire ? C’est clair qu’il serait mal venu de me plaindre cependant il me manquait quelque chose qui me semble être finalement une des importantes choses dans le fait d’offrir. L’effet de surprise. Les bons étaient tellement attendus et banals que, même si je ressens de la gratitude de les avoir, ils n’ont pas éveillés chez moi un quelconque mouvement de joie. Naturellement que je n’ai pas tiré la gueule et que j’ai fortement remercié mes parents et ma belle-cousine pour leur cadeau. Mais je me suis quand-même posée la question de savoir si j’avais perdu tout sens des valeurs. 

 

Trois jours plus tard, un de mes amis très chers rentrait de vacances avec sa chérie. Chérie que je lui ai présentée d’ailleurs. Dans les deux dernières années, je lui ai permis de décrocher le job de ses rêves et je lui ai présenté ce qui ressemble fortement à la femme de sa vie.

Et là, ils m’apportent les deux un cadeau ; une licorne à mains. Un truc qui ne sert à rien du tout, en plastique et qui, si elle a coûté plus de 5 Euros, relève de l’arnaque… mais qui était accompagné d’un petit mot disant « Toi qui nous a apporté tant de bonheur ces dernières années, tu es notre licorne à nous, sans corne ni sabots mais avec le même pouvoir magique ». 
Et c’est là que je me suis rappelé que finalement l’importance n’était pas le cadeau mais ce qu’il représentait, l’amour que les gens y mettaient et surtout l’effet de surprise qu’il provoquait.

Et même s’il n’y a aucun effet de surprise avec les bons « achetés » je me rends quand même compte que mes parents, aussi peu expressifs qu’ils peuvent être, m’offrent ces derniers car veulent cultiver quelque chose qui me rend heureuse : la lecture. Finalement il n’est peut-être pas nécessaire de rechercher le cadeau idéal car ce dernier n’existe pas. Il le devient du moment où il est offert avec cœur et amour. 

Et vous, quel est votre cadeau idéal ? 

Bon moi je dois avouer que j'espère encore que le Père Noël ou autre célébrité magique mette sur mon chemin l'homme de ma vie, qu'on se reconnaisse tout de suite, qu'il déclare que je suis celle qu'il a attendu toute sa vie etc etc... Oui bon, j'avoue, ai probablement fait une légère overdose de films de Noël emplis de bons sentiments et de magie. Va falloir que j'arrête tout de suite. 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Share this post

Repost 0
To be informed of the latest articles, subscribe: